Faire le vœu d’enrichir le Web d’un contenu africain authentique

Keenan Cahill | Bloguer utileIl y a des exemples qui foisonnent et qui montrent combien partager ses passions, travailler sur le Web avec engagement, bloguer utilement peuvent très vite se présenter comme des opportunités professionnelles de choix. J’ai observé, par les médias, sur d’autres continents, des initiatives de jeunes enthousiastes qui ont fini par convertir leurs passions en gagne-pain. En France, les succès de Norman et de Cyprien, deux jeunes humoristes et vidéastes amateurs qui font des records d’audience sur le Web au point que leur passion, l’humour, les fait vivre convenablement aujourd’hui, m’ont interpellés.

Si je cite les exemples de la France, c’est parce qu’aux Etats-Unis d’Amérique, le phénomène a pris de l’ampleur depuis bien longtemps au point que ces blogueurs, ces « stars du Web » se fondent totalement dans le décor culturel américain. Là-bas, ce n’est donc plus un fait nouveau ou marginal, c’est la normalité. Les stars du Web sont une réalité et elles sont sollicitées, adulées par les médias traditionnels et par des artistes de renom pour des collaborations. C’est par exemple le cas de Keenan Cahill, jeune blogueur et interprète de 19 ans, qui a accepté de collaborer avec 50 cent, Madonna, David Guetta et bien d’autres.

Vu leurs réussites aujourd’hui et les moyens dérisoires qu’ont utilisés ces blogueurs à l’origine de leurs projets, je me demande pourquoi ceci ne nous inspire pas encore assez en Afrique.

Tenez, un fait ! Depuis quelques mois, notre agence travaille sur un vaste projet. Je ne le cache pas parce qu’il y a de la place pour tous les talents : nous parcourons la Côte d’Ivoire pour sensibiliser les autorités de l’arrière-pays sur les bénéfices qu’il y a à présenter leurs localités et leurs riches spécificités à travers des sites Web institutionnels ou des blogs professionnels. Si certaines autorités se réjouissent des avantages qu’elles pourraient en tirer du point de vue de l’image de marque de la localité, d’autres, éloignées des choses de l’Internet ne mesurent pas encore cette réalité du Web en 2014 et restent réfractaires au modernisme qu’induit la Toile. Le plus fort de tout cela, c’est l’absence des jeunes ruraux sur de telles initiatives. Le Web, le blogging, ce n’est pas encore dans leurs projets prioritaires.

Mon propos ici se porte vers les jeunes et les entrepreneurs du Web. Il y a là, dans nos localités, une mine d’opportunités extraordinaires à exploiter. Aller dans les régions, les communes, sensibiliser et capter la commande du site Web de la localité là où le réseau Internet le permet, à défaut, prendre l’initiative bénévole de bloguer sur la culture, le tourisme, la santé, la vie des populations, etc., voici des opportunités qui vont immanquablement, si elles sont bien menées, se convertir en projets monétisés. Les jeunes devraient davantage, et pas seulement les jeunes, s’intéresser aux opportunités d’auto-emploi que favorise le Web. Ils créeraient ainsi de l’emploi pour eux et certainement pour d’autres, ils contribueraient à présenter au monde une image réelle et valorisante de « leurs cultures » et ils enrichiraient le Web d’un contenu africain authentique.

Ces opportunités impliquent nécessairement beaucoup de travail et un engagement personnel conséquent. Les stars citées plus haut ne le sont devenues d’un coup de baguette magique, elles ont travaillé, avec acharnement et régularité. Si nous suivons le même exemple, toutes choses étant égales par ailleurs, nous y arriverons comme eux, peut-être que nous ferons mieux, assurément, nous aurons réussi… quelque chose, avec Internet en Afrique.

Faisons le vœu de bloguer utilement en Afrique.

Bonne année 2014 !

Antoine BLAGNON est graphiste et professionnel de la communication. Éditeur de ce blog, il vous propose de partager des trucs et astuces pour communiquer efficacement via le Blog.